Culture

Une plongée profonde dans le processus de traduction de romans de l'anglais vers l'espagnol

La beauté de l'art humain réside dans l'imperfection. C'est le piège. C'est la nature humaine, après tout. Le plaisir est dans les glitches. Lorsqu'on essaie de traduire l'art écrit en espagnol, il n'y a pratiquement aucun moyen de produire une version miroir de l'original. En fait, il ne devrait pas y en avoir. Quelque chose est, non perdu, mais transfiguré dans la traduction.
Romina C. Cinquemani
6 min
Table des matières

La beauté de l'art humain réside dans l'imperfection. C'est le piège. C'est la nature humaine, après tout. Le plaisir est dans les glitches. Lorsqu'on essaie de traduire l'art écrit en espagnol, il n'y a pratiquement aucun moyen de produire une version miroir de l'original. En fait, il ne devrait pas y en avoir. Quelque chose est, non perdu, mais transfiguré dans la traduction. Et qu'il en soit ainsi. L'objectif ultime ne devrait pas être une perfection irréelle. Il devrait rendre un roman espagnol, dans ce cas, qui résonne de manière similaire chez les lecteurs cibles, comme l'original le fait chez les anglophones.

Linguistic Jekyll and Hyde

Traduire un roman anglais en espagnol n'est pas une opération mathématique. Par conséquent, personne en possession de ses facultés mentales ne s'attendrait jamais à un simple échange de mots, comme s'ils étaient des chiffres. Un roman comprend d'innombrables ressources littéraires, sentiments, intentions, nuances, concepts et tonalités tous sculptés par l'auteur. Prendre un tel résultat riche et profond du talent humain, et le transformer en un parent "par alliance" en espagnol n'est pas une tâche facile. Mais cela peut certainement être fait.

Nous pourrions voir ce processus comme une transformation, où l'essence du récit est espérée être maintenue, tout en étant adaptée aux subtilités et résonances culturelles de l'espagnol. Bien que ce ne soit pas une image reflétée en soi, la version cible devrait avoir la même intention intellectuelle, la même profondeur et le même impact que le texte source.

Journal de bord du traducteur dans une mer agitée

Il faut de nombreux talents pour être un traducteur digne de ce nom. Surtout si vous avez le désavantage inné d'être humain. Mais puisque nous sommes ici, soulignons que les traducteurs littéraires naviguent presque constamment en eaux troubles. Ils naviguent autour des difficultés des idiomes, de la syntaxe complexe et des références culturelles, essayant sans relâche de préserver l'intention et le sens pour éviter qu'ils ne se perdent dans la traduction. Dans de nombreux cas, ils réussissent effectivement.

Cette entreprise a besoin d'un respect profondément enraciné pour les deux langues, d'un œil attentif pour les détails, et d'un engagement féroce à préserver la voix de l'écrivain.

Le filigrane de l'auteur

Chaque auteur humain a un style d'écriture personnel. Si l'auteur est bon, sa marque littéraire sera toujours présente dans l'œuvre elle-même. L'objectif ultime du traducteur est de pouvoir préserver cette marque, voire même de l'approfondir au sein du roman. Une œuvre écrite est faite de beaucoup plus que des mots, des règles de grammaire suivies ou brisées, et des sentiments. Le traducteur littéraire idéal est une sorte d'écrivain. Ce serait la meilleure façon de capturer les éléments intangibles qui composent le roman qu'elle/il est en train de traduire.

Mettre le Travail

Traduire un roman comporte son propre ensemble de subtilités. Le traducteur doit prendre en compte et, éventuellement maîtriser, tous les éléments du roman en question afin d'obtenir le meilleur résultat. Il/elle devrait avoir une compréhension complète de l'intrigue, de chaque personnage avec ses caractéristiques et sa pertinence dans l'histoire, des ressources littéraires utilisées, des représentations et des dialogues, et de tout ce qui lui fait face de la page vers le haut. Les lectures répétées et à différents niveaux aideront le traducteur à devenir un avec le roman, et le point de vue de l'auteur, si les planètes s'alignent.

En fait, il n'y a pas de règles fixes qui conviennent à toutes les traductions de tout type d'œuvre littéraire humaine. Le tissu de l'art entrelacé avec sensibilité et, dans le meilleur des cas, talent, est un mystère à découvrir. Pas nécessairement résolu, cependant. En tant qu'êtres humains, nous devons préserver ce qui fait exactement de nous des humains. Il y a une unicité en chaque personne et, en tant qu'artistes, les écrivains portent cette caractéristique dans leur travail. C'est un peu comme tomber amoureux. Traduire de la littérature qui est. Parfois, toutes les pièces s'emboîtent parfaitement et la magie opère.

Romina C. Cinquemani
Traduisez deux fois plus vite et impeccablement
Commencez
Nos événements en ligne !
Webinaires

Essayez Bureau Works gratuitement pendant 14 jours

Intégration de ChatGPT
Commencer maintenant
Les 14 premiers jours sont gratuits
Assistance de base gratuite